top of page

Aider son enfant avec un TDAH et conseils santé pour tous

Au Québec et ailleurs dans le monde, il y a eu une hausse ces dernières années des prescriptions pour des médicaments contre le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) chez les jeunes [1]–[2].


Ce trouble est classé parmi les troubles neurodéveloppementaux et est défini comme un mode persistant d’inattention et/ou d’hyperactivité-impulsivité qui interfère avec le fonctionnement ou le développement [3]. Il peut avoir un retentissement négatif direct sur les activités sociales, scolaires ou professionnelles. Selon certaines évaluations, 50 % des enfants ayant un TDAH continuent de présenter des symptômes à l’adolescence et à l’âge adulte [3].


Lorsque nécessaire, des médicaments peuvent être prescrits [2]–[4]. Cependant, les spécialistes proposent aussi d'autres solutions avant d'entreprendre la médication [4]–[5]. Il faut aussi savoir que certains médecins sonnent la sonnette d’alarme quant au fait que parfois de faux diagnostics de TDAH peuvent être posés [6]–[7]. De plus, les médicaments qui sont prescrits pour traiter le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité viennent avec leurs lots d'effets secondaires, tels que des maux de tête, des troubles du sommeil, de l’irritabilité, de la nervosité ainsi que des effets plus rares, mais graves comme des allergies, de l’agitation violente, des problèmes cardiaques et des pensées suicidaires [8]–[9]. Alors dans cet article, nous allons voir les options de traitement qui peuvent fonctionner avant d'en arriver aux médicaments ou qui peuvent être utilisé en complément avec la médication afin d'aider au maximum les patients [5].


Amélioration de l’alimentation


Le TDAH n’a pas de cause unique et spécifique connue, mais on observe souvent la présence de facteurs génétiques. D’autres facteurs peuvent contribuer à la manifestation d’un TDAH, tels que la prématurité, ou la consommation de substances comme les drogues, le tabac et l'alcool pendant la grossesse. De plus, il existe des hypothèses selon lesquelles l’exposition à la pollution et aux pesticides auraient contribué à une augmentation des cas de TDAH au cours des dernières années, car le cerveau du fœtus serait particulièrement vulnérable durant le développement lorsque la mère est exposée à ces contaminants [7]–[10]. En outre, les spécialistes recommandent toujours de bien s'alimenter et de boire suffisamment d'eau. Eh oui, l’hydratation est aussi indispensable pour le bon fonctionnement du cerveau. 


D'autre part, il faut mentionner que la médication pour traiter le TDAH a pour effet secondaire de diminuer l’appétit, donc il faut bien s'informer afin que son enfant ne manque pas de calories ou de nutriments. Il y a des ressources proposées, en autres, par les gouvernements (cliquez ici, pour un exemple). Mais y a-t-il des aliments auxquels l'on doit faire plus attention dans l’alimentation d'une personne souffrant de TDAH ?

 

  • Le sucre


De façon générale, consommer de grandes quantités de sucre n'est pas recommandé, mais il ne faut pas non plus enlever les glucides de l'alimentation, car elles sont nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme [11]. Vous pouvez vous référer au guide alimentaire canadien ainsi qu'à nos autres articles pour plus d'informations sur la saine alimentation. Concernant le TDAH, certaines études ont montré que la consommation de sucre peut avoir un impact négatif sur les symptômes de ce trouble, mais la recherche globale n’est pas concluante selon les chercheurs [12]. Les nutritionnistes conseillent de limiter les sucres raffinés et les aliments transformés, même si plus d'études sont nécessaires pour confirmer l'impact sur le TDAH, mais l'impact sur la santé, lui, est déjà validé [13]. On sait que la surconsommation de sucre est liée aux risques d’obésité, de diabète, et de problèmes de caries. 


  • Les colorants artificiels


Pour ce qui est des colorants alimentaires artificiels, que l’on retrouve souvent dans les aliments ultra-transformés riches en sucre (bonbons, boissons, yogourts aromatisés, etc.), bien que certaines restrictions alimentaires semblent bénéfiques pour certains enfants atteints de TDAH, les études disponibles sur le lien entre les colorants alimentaires artificiels et le TDAH sont faibles [2]–[12]. Le retrait de ceux-ci dans l’alimentation aurait un petit effet démontré sur les symptômes. Concernant les autres additifs en général, certains spécialistes recommandent de les éviter si possible, qu’on soit atteint d’un TDAH ou pas (voir un article sur le sujet) [14]–[15].


  • Les allergies


Dans son tableau des interventions non pharmacologiques pour le trouble de déficit de l’attention/hyperactivité, la Société canadienne de pédiatrie conseille d'évaluer un enfant chez qui on soupçonne une allergie alimentaire [2]. Également, Michel Cameron (titulaire d'un doctorat en pharmacologie de l’Université de Montréal) a mentionné dans un article que : « bien que les effets des allergies et des intolérances alimentaires sur certains symptômes du TDAH soient documentés, ils sont limités dans la majorité des cas. Cependant, comme ils peuvent être importants chez certains enfants, certains préconisent de retirer certains composants de l’alimentation pendant quelques semaines pour voir si cela peut atténuer les symptômes du TDAH [5]. » Si vous choisissez de retirer un type d'aliment (gluten, produits laitiers, etc.) de l'alimentation de votre enfant ou d’essayer un régime particulier, il serait important de consulter un professionnel de la santé, car il peut en résulter des carences et des effets graves [16]. 

  • Les oméga-3

Les acides gras oméga-3 sont essentiels au développement et au bon fonctionnement du corps, notamment du cerveau et de la rétine. Ils protégeraient contre les maladies cardiovasculaires, et ont des effets anti-inflammatoires [17]. Également, lors d'une grossesse, ils contribuent au bon déroulement de celle-ci et au développement du cerveau et des systèmes nerveux et visuels du bébé. On les retrouve surtout dans les poissons, et en plus petites quantités dans les huiles de canola, de soya, de lin et de noix, aussi dans les graines de lin moulues, graines de chia, noix de Grenoble et certains produits enrichis en oméga-3 (par exemple, certains laits et œufs) [18]. Notez qu’il y a des poissons qui font l’objet de restrictions de consommation, en fonction de leur teneur en mercure. Vous pouvez cliquer ici pour connaître les recommandations du gouvernement du Québec pour les adultes, les femmes enceintes et les enfants.  


Les preuves actuelles ne sont pas concluantes quant à savoir si une supplémentation en acides gras oméga-3 pourrait apporter un quelconque bénéfice pour les symptômes du TDAH chez les enfants et les adolescents [19]. Une chose est certaine, consommer des sources alimentaires d'oméga-3 (poisson, huile de canola, noix de Grenoble, etc.) dans son alimentation est excellent pour la santé. Si vous souhaitez prendre des suppléments ou en donner à vos enfants, il est important d'en parler avec votre médecin, car ils peuvent présenter des risques pour certaines personnes.


  • Les vitamines et minéraux

Il faut consulter un médecin si l'on soupçonne une carence en vitamines ou minéraux. À l'heure actuelle, selon certains spécialistes, il n'existerait pas de données prouvant leur efficacité pour traiter les symptômes du TDAH [20]. Cependant, pour ce qui est du magnésium, certains scientifiques y croient. Le professeur Olivier Coudron (professeur associé en pharmacologie à l'Université de Bourgogne et responsable pédagogique des diplômes universitaires de Nutrition santé) a expliqué dans un fantastique exposé sur l'alimentation (sur le site de l'association HyperSupers TDAH France) que : « Quelques études confirment que les enfants TDAH ont souvent des dosages en magnésium plus bas que ceux qui ne sont pas atteints de ce trouble. La correction de ce déficit permet d’améliorer certains symptômes, mais l’impact reste limité hors troubles anxieux [21]. » Il donne aussi plusieurs autres conseils sur l'alimentation en lien avec le TDAH. Il a une vision plus globale comparativement à d'autres spécialistes. Rappelez-vous qu'il est préférable d’être suivi par un médecin avant de prendre des suppléments. Cela peut avoir des effets graves sur votre santé. 


De plus, il y a le docteur Marianne Mousain-Bosc (pédiatre) qui affirme avoir traité des enfants atteints d'hyperactivité avec des suppléments de magnésium (6 mg de magnésium par kilo et par jour) et de vitamine B6 (0.6 mg de vitamine B6 par kilo et par jour), car la vitamine B6 aide à l’absorption du magnésium [22]. Selon elle, l'hyperactivité, comme de nombreux troubles de l'enfant, tels que l'autisme, l'épilepsie, la spasmophilie, est liée le plus souvent à une carence en magnésium [23]. Elle a même écrit un livre sur le sujet dans un langage simple et clair. Ce livre est aussi le récit émouvant de nombreuses guérisons. La seule contre-indication : les patients atteints d’insuffisance rénale. Elle est aussi en relation avec des chercheurs en Australie, en Italie, en Allemagne, en Roumanie et au Japon [24].


Également, sachez que la carence en magnésium est très courante. Pourtant, ce minéral est essentiel pour que notre organisme fonctionne. Il permet notamment d’absorber d’autres nutriments comme le calcium, le potassium et le sodium [16]. Ce minéral permet aussi de garantir les fonctions d’apprentissage, de concentration et de mémorisation. Le magnésium se trouve dans divers aliments, que ce soit le cacao, les oléagineux, les fruits de mer, les légumineuses, les céréales complètes ainsi que certaines eaux minérales. 


Dans les premiers symptômes d'un manque de magnésium, on retrouve, en autres, les problèmes d'humeur (par exemple, dépression ou anxiété). De plus, avec le stress, le magnésium est plus rapidement éliminé par les reins à cause de la production plus forte en adrénaline. Ainsi, plus on stresse, plus on risque la carence en magnésium rapidement. Attention, cependant, de fortes doses de magnésium provenant de compléments alimentaires ou de médicaments peuvent provoquer des diarrhées accompagnées de nausées et/ou de crampes abdominales, des palpitations, et de l’hypotension. Si vous souffrez de problèmes rénaux chroniques, de diabète, d’un dysfonctionnement ou d’une hyperthyroïdie, il est possible que vos reins aient des difficultés à éliminer l’excès de magnésium. Dans tous les cas, consultez votre médecin avant de prendre des suppléments. Vous pouvez en apprendre plus sur le site de MédecinDirect et sur le site de eSantéMentale.ca qui est une initiative à but non lucratif de l'hôpital pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO). 

 


Amélioration du cadre de vie 


En plus d'un régime alimentaire sain, les médecins recommandent aussi un programme quotidien d’activités physiques ainsi que des bonnes habitudes de sommeil (avoir des heures régulières et suffisantes de sommeil et éviter l'exposition aux écrans) [5]. Ces recommandations profitent autant à un enfant atteint de TDAH qu’à la santé de tout individu. En outre, il existe plusieurs moyens qui peuvent grandement vous aider sur le plan psychologique et au niveau des habitudes de vie, c'est ce que nous aborderons plus précisément dans les point suivants.


  • Le sommeil

Malheureusement, beaucoup d’enfants s’endorment avec leurs téléphones en regardant des vidéos ou restent sur les réseaux sociaux jusqu’aux petites heures du matin. Je suis d’avis que nous sommes responsables de ranger ces appareils (téléphones, tablettes, ordinateurs) dans des endroits contrôlés par les parents et de permettre leur utilisation jusqu’à pas trop tard le soir. Certains scientifiques conseillent de les fermer 1 à 2 heures avant de dormir, car ils pourraient affecter l’endormissement (regardez cet article).


De plus, j’aimerais partager avec vous un précieux conseil que j’avais reçu il y a quelques années de cela. On m’avait suggéré de limiter l’utilisation de ces appareils dans les endroits communs de la maison, à la vue de tous, que ce soit pour les enfants ou même pour les parents. Cela peut empêcher plusieurs problèmes (mauvaises influences ou rencontres)...  


  • Les thérapies

Les experts encouragent un accompagnement en psychoéducation. Cela pourra aider le patient atteint du TDAH ainsi que sa famille qui recevront des conseils pour mieux gérer la situation [2]. Des thérapies sont aussi suggérées pour soulager les symptômes du TDAH comme la zoothérapie et l'art-thérapie (cliquez ici, pour accéder à un site très détaillé sur le sujet). Ces thérapies sont prodiguées par des professionnels, mais même le simple fait d'avoir un animal de compagnie ou de faire de l'art à la maison (dessin, coloriage, peinture, modelage, collage, etc.) a des effets positifs, notamment anti-stress et méditatifs. Ces moyens thérapeutiques peuvent également convenir à des gens qui ne parlent pas ou ont du mal à s'exprimer. 


  • L'activité physique


La Société canadienne de pédiatrie conseille l'activité physique pour les enfants atteints de TDAH. Elle nous informe qu'une méta-analyse d’interventions sous forme d’exercices (par exemple, exercices aérobiques à court terme et yoga) a révélé une diminution des symptômes fondamentaux du TDAH et de l’anxiété et une amélioration des fonctions cognitives connexes [2]. 


De plus, l’activité physique joue un rôle important dans le maintien d’une bonne santé en général. Donc, ça tombe bien, car vous êtes déjà sur le site du Groupe Womency, et il y a plusieurs programmes d’exercices qui peuvent être suivis avec vos enfants. Inscrivez-vous et vous aurez accès à toutes les vidéos d’entraînement. Que vous recherchiez des exercices plus rythmés ou plus doux, vous en trouverez une grande variété sur la plateforme. Notez que pour les exercices, même de yoga, il faut être prudent, l'enfant pourrait se blesser [19]. À propos du yoga, regardez cette vidéo sur YouTube qui donne des exercices de concentration et de relaxation pour un enfant et sa mère.


On doit également aborder le sujet des sports qui sont dans la catégorie des activités physiques et qui ont des bénéfices pour les symptômes du TDAH. De plus, les sports développent  les habiletés sociales lorsqu'ils sont pratiqués en groupe. La Dre Marie-Claude Garant qui traite des patients souffrant de ce trouble a évoqué dans un article, une étude portant sur des enfants jouant régulièrement au ping-pong et le cas d'un enfant jouant au hockey pour qui cela a eu des effets positifs. Elle a écrit : « Il est démontré que 30 minutes par jour d’exercices aérobiques ou cardio-respiratoires améliorent le traitement de l’information, l’attention, l’inhibition (impulsivité) et l’hyperactivité. On pense que l’impact sur la dopamine en est responsable. [25] »


  • La relaxation et la méditation 


Une revue systématique faite en 2023 de 10 études évaluant le yoga et la méditation pour le TDAH chez les enfants a révélé que le yoga et la méditation affectent positivement divers symptômes chez les enfants atteints de TDAH, notamment l'attention, l'hyperactivité et le comportement impulsif. De plus, d’autres symptômes psychologiques, tels que l’anxiété ou une faible estime de soi, semblent être influencés positivement par ces interventions [19].


Il y a même un pédiatre en France, le professeur Tu-Anh Tran, chef du service de pédiatrie du CHU de Nîmes, qui prescrit à ses patients hyperactifs de la méditation, que je qualifierais aussi par le mot relaxation. Il leur propose simplement de respirer consciemment pendant quelques minutes avec lui. Il explique que : « Cela permet de couper le flux des pensées, l’esprit se recentre alors dans le souffle, dans le corps et ce dernier se détend [26]. » Il affirme aussi que la méditation permet d’observer et d’accueillir notre corps et notre esprit tels qu’ils sont, sans jugement, ainsi que de diminuer notre douleur. Il propose des mouvements inspirés du qi gong (art martial) dans un livre qu'il a écrit spécialement pour aider les enfants qui vivent toutes sortes de problèmes (TIC, TOC, hyperactivité, angoisses, colères, scarifications, insomnies, arthrite juvénile, douleurs persistantes, maladies chroniques (diabète, handicap…), rééducation après une opération chirurgicale). Les mouvements peuvent même être réalisés à l'école si l'enfant en ressent le besoin. Il a donné en exemple : l'exercice des petits pas de souris qui permet à l'enfant de se relaxer. 


Les éducatrices spécialisées suggèrent également beaucoup d’idées pour aider nos petits trésors à se détendre, qu'ils soient hyperactifs ou pas, en voici quelques-unes : 

– respirer calmement et faire des exercices de relaxation ; 

– écouter le chant des oiseaux en plein air avec son enfant ;  

– faire des massages avec des balles ou des rouleaux ;  

– tracer des formes dans le dos avec le doigt et deviner de quoi il s'agit ; 

– effectuer des étirements, etc.  

On peut même inventer ses propres mouvements et jeux imaginaires comme imaginer qu'on est sur une plage et imiter les mouvements d'une tortue ou d'un crabe, essayer de toucher les nuages, etc.


  • La cohérence cardiaque


La cohérence cardiaque est une pratique respiratoire aux effets anti-stress et qui favorise la mémorisation et l’apprentissage. Elle peut apporter à l'enfant des bénéfices importants en termes de concentration, d'autonomie et d'autodiscipline. Elle a été utilisée notamment dans des écoles en France, à la Réunion et au Québec à cause de la montée des cas de troubles de l’attention, des professeurs qui font face à plus de sollicitations de la part des élèves et des problèmes de comportement au sein des écoles [27]. 

Comment faire ? Il s’agit tout simplement de s’asseoir confortablement, en se tenant droit (la position couchée n'est pas recommandée [28]) et en étirant la colonne vertébrale, puis de faire consciemment six respirations par minute, c’est-à-dire une inspiration de cinq secondes, suivie d’une expiration de cinq secondes, cinq minutes durant. Cette méthode peut être utilisée trois fois par jour, soit après le lever, avant le repas du midi et en fin d’après-midi, ou à un autre moment pour faciliter l’étude par exemple. Respirer en cohérence cardiaque procure immédiatement un effet apaisant qui dure entre trois et six heures après la fin de l’exercice. Visitez le site web de l'Université Laval qui donne de très bonnes explications. Demandez conseil à votre médecin si vous avez des pathologies cardiaques avant d'essayer cette technique, et il n'est pas recommandé de pratiquer la cohérence cardiaque tout au long de la journée [29].


  • Le type d'enseignement


Souvent, ce sont les attentes de la société liées au monde scolaire ou au comportement qui amène les parents à rechercher de l’aide médical [2]. La vie scolaire et le mode de vie actuel peuvent être très exigeants envers les enfants. Alors que par le passé, le TDAH n'était pas aussi problématique [10]. Si nous remontons encore plus loin dans le temps, à l'époque des premiers humains, le comportement type TDAH a pu être un comportement avantageux dans des circonstances ou l’impulsivité, la capacité de scruter rapidement l’environnement et l’hyperactivité pouvaient être nécessaires [30]. 


De nos jours, notre mode de vie moderne peut être stressant. La société est stressée et perturbée. Par la suite, nous exigeons que tous les enfants soient calmes et doués. Cela n’a pas beaucoup de sens. Le but n’est pas de condamner : c'est une réalité que nous vivons tous.


De plus, les espaces pour que l'enfant bouge (c’est un besoin essentiel), peuvent être restreints, comme dans le cas des immeubles d’habitation, et les épreuves de la vie (divorces et autres traumatismes) peuvent avoir des effets négatifs sur la psychologie de l'enfant et nuire à sa concentration.


Il est intéressant d'ajouter, qu'autrefois, si un jeune n'était pas doué à l'école : il se tournait  vers le travail des champs, du petit commerce ou de l'artisanat. Cela ne décevait personne et il n’était pas considéré comme malade [31]. Alors qu'aujourd'hui, la performance scolaire est devenue, pour de nombreuses personnes, le but suprême de la vie. Malheureusement, si le jeune ne réussit pas à l'école, il est souvent perçu comme un raté. 


Certains parents d'enfants atteints de TDAH parviennent à faire les arrangements nécessaires avec les professeurs, pour que leurs enfants puissent poursuivre leurs études à l'école, tandis que d'autres choisissent alors de faire l'école à la maison. Ce choix permet à certains enfants de bien étudier et d'obtenir leurs diplômes (cliquez ici et ici pour voir des témoignages). Si c'est une option qui vous intéresse, sachez que l'école à domicile est un choix possible pour tous les parents, que leur enfant ait une pathologie ou non. 


Pourquoi faire ce choix ? Dans une école conventionnelle, l'enfant peut se sentir diminué, par exemple lorsqu'on lui met des écouteurs sur les oreilles pour améliorer sa concentration, alors que les autres enfants suivent les cours normalement. Cet enfant peut grandir en se sentant à part et avoir une faible estime de lui-même. Dans un contexte d'enseignement à la maison, vous avez beaucoup plus de liberté pour bien répondre à ses besoins. De plus, vous évitez les conflits qui sont vécus à l’école. Puis, au niveau social, il n'y a pas d'inquiétude puisque des rencontres avec d'autres enfants qui ont choisi cette pratique sont également possibles. Consultez le site de l'Association québécoise pour l'éducation à domicile pour en savoir davantage (www.aqed.qc.ca). 


La sagesse 


Finalement, nous avons vu qu'une bonne alimentation, une hydratation suffisante, un mode de vie sain et la pratique régulière d’activités physiques sont des éléments essentiels pour bien faire face au TDAH. De plus, la connaissance, la patience et l'acceptation de ce que vous ne pouvez pas changer permettent d'avancer positivement dans votre vie. 


Valérie Proulx

Journaliste santé 

28 octobre 2023


Sources :  

  1. Institut national de santé publique du Québec [En ligne]. Hausse des prescriptions de médicaments contre le TDAH au Québec ; 20 oct 2022 [cité le 26 oct 2023]. Disponible : https://www.inspq.qc.ca/nouvelles/hausse-prescriptions-medicaments-contre-tdah-quebec

  2. [En ligne]. De Pédiatrie SC. Le TDAH chez les enfants et les adolescents, partie 2 : Le traitement | Société canadienne de pédiatrie. Disponible : https://cps.ca/fr/documents/position/tdah-le-traitement

  3. [En ligne]. De Pédiatrie SC. Le TDAH chez les enfants et les adolescents, partie 1 : l’étiologie, le diagnostic et la comorbidité | Société canadienne de pédiatrie. Disponible : https://cps.ca/fr/documents/position/tdah-etiologie-le-diagnostic-et-la-comorbidite#ref1

  4. D MCPh. Reconnaître un TDAH chez l’adulte [En ligne]. Biron. 2021. Disponible : https://www.biron.com/fr/centre-du-savoir/parole-de-specialiste/reconnaitre-tdah-adulte/#22-85027

  5. D MCPh. Peut-on traiter un TDAH sans médicaments ? [En ligne]. Biron. 2022. Disponible : https://www.biron.com/fr/centre-du-savoir/parole-de-specialiste/peut-on-traiter-tdah-sans-medicaments/

  6. Dion-Viens D. Déficit d’attention : gare aux faux diagnostics. Le Soleil [En ligne]. 4 févr 2023 ; Disponible : https://www.lesoleil.com/2011/04/04/deficit-dattention-gare-aux-faux-diagnostics-a4c1c9c1573f8549e9f8841dade9884e/

  7. Association québécoise des neuropsychologues [En ligne]. TDAH - Association québécoise des Neuropsychologues ; 17 août 2023. Disponible : https://aqnp.ca/documentation/developpemental/tdah/

  8. Hopital de Montreal pour enfants [En ligne]. Admin. Les médicaments pour le TDAH sont-ils sûrs ? Disponible : https://www.hopitalpourenfants.com/infos-sante/pathologies-et-maladies/les-medicaments-pour-le-tdah-sont-ils-surs

  9. [En ligne]. AboutKidsHealth. Disponible : https://www.aboutkidshealth.ca/fr/article?contentid=1998&language=french

  10. Manuels MSD pour le grand public [En ligne]. Sulkes SB, Merck M. Trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ; 9 oct 2023. Disponible : https://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/probl%c3%a8mes-de-sant%c3%a9-infantiles/troubles-de-l-apprentissage-et-du-d%c3%a9veloppement/trouble-d%c3%a9ficit-de-l-attention-avec-hyperactivit%c3%a9-tdah

  11. [En ligne]. Canada S. Bienvenue dans le Guide alimentaire canadien ; 14 janv 2021. Disponible : https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/

  12. Healthline [En ligne]. Ms EL. Sugar and ADHD : What’s the connection ? ; 19 mars 2021. Disponible :  https://www.healthline.com/health/adhd/sugar-and-adhd

  13. [En ligne]. L’alimentation des enfants atteints de TDAH. Disponible : https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/Les-matins-d-ici/segments/chronique/168775/chronique-sante-en-question-nutritionniste-rana-daoud

  14. Huot I. Les additifs sous la loupe. Le Journal de Montréal [En ligne]. 24 nov 2019 ; Disponible : https://www.journaldemontreal.com/2019/11/24/les-additifs-sous-la-loupe

  15. Trasande L, Shaffer RM, Sathyanarayana S. Food additives and child health. Pediatrics [En ligne]. American Academy of Pediatrics ; 23 juill 2018 ; 142(2) : e20181408. Disponible : https://doi.org/10.1542/peds.2018-1408

  16. [En ligne]. Comment déceler et traiter une carence alimentaire ? symptômes, cause, conséquence et traitement. Disponible : https://www.medecindirect.fr/blog/comment-deceler-et-traiter-une-carence-alimentaire-symptomes-cause-consequence-et-traitement

  17. Gouvernement du Québec [En ligne]. Bienfaits du poisson pour la santé. Disponible : https://www.quebec.ca/sante/alimentation/saines-habitudes-alimentaires/consommation-de-poisson-et-sante/bienfaits

  18. Institut national de santé publique du Québec [En ligne]. Des éléments essentiels | Institut national de santé publique du Québec. Disponible : https://www.inspq.qc.ca/mieux-vivre/grossesse/l-alimentation-pendant-grossesse/elements-essentiels

  19. NCCIH [En ligne]. ADHD and Complementary Health Approaches : What the Science says. Disponible : https://www.nccih.nih.gov/health/providers/digest/adhd-and-complementary-health-approaches-science#heading1

  20. [En ligne]. Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Disponible : https://naitreetgrandir.com/fr/sante/naitre-grandir-sante-enfant-trouble-deficit-attention-hyperactivite-tdah/

  21. HyperSupers - TDAH France [En ligne]. Coudron PO. Nutrition et cerveau. Disponible : https://www.tdah-france.fr/Nutrition-et-cerveau.html?lang=fr

  22. Collectif LaNutrition.fr. Marianne Mousain-Bosc : « Le magnésium est efficace contre l’hyperactivité » . LaNutrition.fr [En ligne]. 10 mars 2017 ; Disponible : https://www.lanutrition.fr/interviews/marianne-mousain-bosc-qle-magnesium-est-efficace-contre-lhyperactiviteq

  23. Nutristore [En ligne]. Livres - Hyperactivité, la solution magnésium - Dr Marianne Mousain-Bosc │ Nutristore. Disponible : https://www.nutristore.fr/livres-enfants/hyperactivite-la-solution-magnesium-dr-marianne-mousain-bosc-223

  24. Salindres. En dédramatisant le docteur Marianne Mousain-Bosc propose le magnésium comme une alternative au traitement de. midilibre.fr [En ligne]. 8 oct 2011 ; Disponible : https://www.midilibre.fr/2011/10/08/en-dedramatisant-le-docteur-marianne-mousain-bosc-propose-le-magnesium-comme-une-alternative-au-traitement-de-l-hyperact,399565.php

  25. [En ligne]. Mon coffre à outils TDAH - 4. Activité physique et nutrition. Disponible : http://www.tdahlavallaurentides.ca/capsule-tdah/mon-coffre--outils-tdah---4-activit-physique-et-nutrition/

  26. Tremblais P. Pr Tran : « Je prescris des méditations aux enfants malades et ça marche » . LaNutrition.fr [En ligne]. 24 sept 2019 ; Disponible : https://www.lanutrition.fr/pr-tran-je-prescris-des-meditations-aux-enfants-malades-et-ca-marche

  27. Tremblais P. Les résultats encourageants de la cohérence cardiaque dans des écoles françaises. LaNutrition.fr [En ligne]. 27 sept 2022 ; Disponible : https://www.lanutrition.fr/les-resultats-encourageants-de-la-coherence-cardiaque-dans-des-ecoles-francaises

  1. Topsante.com [En ligne]. Topsante.com. Cohérence cardiaque : 5 exercices, les bienfaits, la méthode ; 18 juill 2023. Disponible : https://www.topsante.com/medecine/sante-mentale/stress/coherence-cardiaque-exercices-bienfaits-methode-606987

  1. Ducrocq A. Cohérence cardiaque : définition, bienfaits, comment pratiquer, effets secondaires. Femme Actuelle [En ligne]. 1 août 2022 ; Disponible : https://www.femmeactuelle.fr/sante/medecine-douce/coherence-cardiaque-definition-bienfaits-comment-pratiquer-effets-secondaires-2139004

Validation médicale : Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste

  1. SIMON-PEZESHKNIA E. Le Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité (TDAH) : agitation des psychiatres autour d’un diagnostic. : Comment comprendre les résistances et les réticences [En ligne]. 2011. Disponible : https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733101/document

  2. SIMON-PEZESHKNIA E. Le Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité (TDAH) : agitation des psychiatres autour d’un diagnostic. : Comment comprendre les résistances et les réticences [En ligne]. 2011. Disponible : https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01733101/document

0 commentaire

Commenti

Valutazione 0 stelle su 5.
Non ci sono ancora valutazioni

Aggiungi una valutazione
bottom of page